Crédit immobilier : Jusqu’à quel âge pouvez-vous emprunter?

120

Beaucoup de personnes se posent la question : jusqu’à quel âge est-il possible d’obtenir un prêt immobilier ?

Théoriquement, il n’y a pas de limite d’âge, pour financer un bien immobilier vous pouvez le faire jusqu’à 80 ans, voir plus… Aujourd’hui, dans la loi, rien n’interdit aux banques de prêter en fonction de l’âge, mais la personne doit être majeure. En réalité, la pratique est tout autre, les refus de crédit immobilier liés à l’âge sont nombreux. Les banques étudient chaque dossier, en tenant compte de chaque situation qui correspond à une période de votre vie.

Compte tenu de la précarité au travail et le manque d’apport personnel, les jeunes sont les perdants pour l’obtention d’un crédit immobilier. Face à cette situation, les banques ont compris très vite que les séniors conservent un pouvoir d’achat conséquent, et proposent dorénavant des prêts même aux retraités, ou aux personnes âgées.

Comment emprunter, tout en étant à la retraite ?

Il est de plus en plus courant de trouver sur le bureau d’un banquier, des dossiers de financement pour des personnes de plus de 60 ans voir 65 ans. Même si le coût de l’assurance du prêt reste plus élevé que j’ai un jeune, il n’est pas rare d’avoir un accord sur une durée longue de 20 ans. Selon l’Observatoire du Crédit Logement, cela représente plus de 4 % des dossiers de financement chez les retraités. ce prêt sera d’autant plus facile à être accordé, si le retraité possède des biens, de l’épargne, un portefeuille boursier. la banque pourra garantir son prêt sur un nantissement sur un des biens du client. Le banquier sera plutôt regardant sur le montant de la mensualité à rembourser. Cette mensualité devra rester très raisonnable, par rapport aux revenus d’un retraité.

C’est sur le taux de l’assurance décès, invalidité que le retraité va se retrouver avec un surcoût. L’espérance de vie qui augmente chaque année est une réalité. Il n’empêche que le risque d’un décès avant la fin du prêt immobilier est aussi probable, ce qui oblige les banques à faire très attention à la durée du crédit, et d’essayer de la réduire à chaque fois que cela est possible.

En conclusion, les organismes bancaires sont dorénavant obligés de prendre en compte le vieillissement de la population. Ils vont devoir adapter leurs offres, en étudiant au cas par cas chaque demande de prêt. L’état de santé du retraité sera épluché à la loupe, ainsi que sa capacité à rembourser et bien évidemment son patrimoine. Maintenant on peut dire que les retraités ne sont plus exclus du circuit du crédit à la consommation et du prêt immobilier.

Un financement à 50 ans ?

Quand vous passez le cap du quinquagénaire, les difficultés à emprunter sur du long terme arrivent, et vous devenez un casse-tête pour votre banquier. En effet, vous entrez dans la tranche d’âge où il est quasi certain que vos revenus vont diminuer dans les 12 à 15 ans, du simple fait que vous pouvez être en retraite. Donc emprunter sur 20 ans devient très compliqué, puisque votre statut aura changé avant la fin du remboursement du crédit. De plus c’est à partir de cet âge, que les problèmes de santé commencent à apparaître et cela entraîne dans biens des cas, des difficultés à rembourser ses échéances.

Pour contrer ces éventuelles baisses de revenus, les banques proposent de plus en plus, des prêts à pallier. Ce sont des prêts dont la mensualité est plus importante sur les 10 à 12 premières années, pour réduire considérablement par la suite, pour se prémunir de ces fameuses baisses de revenus. C’est plutôt un bon mécanisme, pour rappel, le taux d’assurance dans cette tranche d’âge est plus fort que pour un jeune, mais c’est contrebalancé par un taux d’emprunt plus faible, compte tenu du patrimoine du client et de son pouvoir d’achat.

En exemple simple, vous savez que vous serez à la retraite à 62 ans, vous demandez alors à votre banquier de réduire vos mensualités à partir de la douzième année de votre emprunt, ainsi lorsque vos revenus auront baissé, vos mensualités prendront le même chemin. Peut-être que ça vous obligera à emprunter plus longtemps, mais au moins votre pouvoir d’achat sera préservé, et le banquier sera sécurisé.

Et pour les jeunes ?

Actuellement, les jeunes font face à d’autres difficultés que l’âge, puisqu’ils ont toute la vie devant eux pour construire et percevoir des revenus pendant longtemps. Les banques aiment attirer cette clientèle, car dès qu’un prêt immobilier est accordé à un jeune, il va en règle générale, devenir un client pour une longue période, ce qui va laisser du temps au banquier, de lui proposer régulièrement d’autres produits bancaires. (prêt à la consommation, assurances, placements…)

La première difficulté que va rencontrer un jeune pour un prêt immobilier, c’est de pouvoir faire un apport personnel. Depuis 2020 sous la pression du Haut Conseil de la Stabilité Financière (HCSF), les banques qui avaient fait preuve de laxistes, ont été rappelées à l’ordre. D’autant qu’avec la pandémie et les Français qui ont beaucoup épargné, le HCSF a imposé aux banques de refuser des prêts, dans la mesure où le client avait les moyens de payer son achat comptant. Par cette même conséquence, le HCSF a imposé un apport personnel, pour tout emprunt immobilier.

L’autre difficulté pour un jeune, est d’avoir des revenus fixes et durables. Il est quasi impossible d’emprunter si vous n’avez pas un CDI, ou être fonctionnaire, ce qui vous assure des revenus pour une très longue période.

Par chance, si vous avez à votre compte un apport et un emploi fixe, le banquier pourra vous prêter sur une longue période, parfois jusqu’à 30 ans. Vous obtiendrez un taux d’emprunt plutôt faible, ainsi qu’un taux d’assurances extrêmement bas, en demandant une délégation d’assurances, et de faire appel à un courtier autre que votre banque., et ainsi profiter d’une assurance jeune emprunteur. Et comme toujours, ne pas hésiter à voir plusieurs banques et choisir celle qui vous apportera, non seulement les meilleures conditions, mais aussi un bon service.

Régine Villedieu Immobilier