La Mérule c’est quoi?

1093

Si le DPE est obligatoire dans le cadre de la vente d’une maison ou d’un appartement en France, le diagnostic de mérule est quant à lui optionnel. Cependant, dans certaines situations (notamment lorsque le taux d’humidité est élevé), il serait bon de faire intervenir un expert pour détecter la présence de ces champignons. En effet, quand la mérule s’attaque à une maison ou un appartement, ces champignons peuvent être à l’origine d’un véritable désastre. Qu’est-ce que la mérule ? Quel est le traitement approprié pour se débarrasser de ces spores et champignons ? Faisons le point.

La mérule des maisons est un véritable fléau !

Petite définition de la mérule : Serpula lacrymans, jadis Merulius lacrymans, souvent nommée simplement la mérule, est un champignon basidiomycète de la famille des Serpulaceae. Peu visible dans la nature, où il détruit les souches de feuillus comme de conifères, ce champignon lignivore est un redoutable ennemi du bois œuvré et de tous les matériaux de la maison.

La mérule s’attaque à nos boiseries et maçonneries. Et contrairement au salpêtre, ce champignon est beaucoup plus dangereux !

Les dégâts occasionnés par la mérule exigent une intervention dans les plus brefs délais. Le problème majeur est que le diagnostic de ce champignon dans une maison est difficile. Souvent, il est trop tardif. La propagation de la mérule est rapide, jusqu’à 30cm par mois lorsque les conditions sont favorables, notamment le bois humide.

En France, ce champignon est un fléau pour les particuliers, les communes (propagation par maisons mitoyennes), les monuments (église, mairie…).

A quoi ressemble la mérule, ces champignons dévastateurs ?

La mérule se manifeste par l’apparition d’une substance semblable à de l’ouate épaisse et blanche ou à une toile d’araignée qui vire ensuite au gris.

Les filaments gris argenté du mycélium d’un diamètre de 6 à 8 mm peuvent aller jusqu’à plusieurs mètres de longueur. Ils s’insinuent au cœur du bois et peuvent même traverser la maçonnerie. À l’état sec, les filaments deviennent cassants.

Quelquefois, la mérule se manifeste sous la forme d’un véritable sporophore rond à elliptique à marge de croissance blanche. Le champignon se présente sous la forme d’une masse molle, visqueuse, de un à deux centimètres d’épaisseur et de couleur rouge brun. Il contient des spores de couleur rouge.

Conditions de développement des spores de mérule :

  • Le taux d’humidité du bois (à partir de 22 %), l’humidité optimale est aux alentours de 35 %, le développement s’arrête à 40 % ;
  • la température entre 20 et 26 °C, la mérule ne résiste cependant pas aux hautes températures ;
  • une atmosphère confinée ;
  • l’obscurité ;
  • les vapeurs d’ammoniaque (lieux d’aisance).

Autrement dit, un bâtiment « sain » clos, couvert, ventilé, etc. et entretenu sans fuites de plomberie par exemple est à l’abri de la mérule. En effet, c’est principalement l’humidité qui favorise le développement de la mérule.

Mode de propagation de la mérule :

La partie végétative de la mérule est un mycélium composé d’hyphes de moins de 10 Nm de diamètre qui se développent dans les cavités du bois. En surface, les hyphes s’agglomèrent ou s’entremêlent et forment soit une toile grisâtre, soit des rhizomorphes souvent ramifiés en palmettes. Les rhizomorphes de mérule sont capables de traverser la maçonnerie. Ils ont aussi la capacité de transporter de l’eau, ce qui permet au champignon de se propager de proche en proche sur des pièces de bois a priori saines, augmentant ainsi le taux d’humidité dans une pièce.

Les dégâts causés par la présence de mérule :

Les bois nus deviennent brunâtres, s’effritent et partent en morceaux en raison de la destruction de la cellulose. Les bois peints se boursouflent puis se craquellent. Les ramifications peuvent traverser les joints de ciment, les briques poreuses et abîmer ainsi les murs. Bien que la mérule pleureuse puisse traverser la maçonnerie, elle ne peut toutefois pas la détruire. Cette mérule colonise et détruit principalement le bois œuvré (charpentes, escaliers).

Bonne nouvelle : en France, si l’infestation de mérule est due à un dégât des eaux ayant augmenté le taux d’humidité dans votre maison, dans ce cas, les travaux de rénovation nécessaires seront pris en charge par votre assurance. En revanche, si le champignon s’est développé suite à une erreur commise par le propriétaire, l’assureur ne propose aucune couverture.

Diagnostic de la mérule :

Tout d’abord, il faut être vigilant et surveiller les conditions qui sont favorables au développement de la mérule, principalement l’humidité.

Bien sûr, il ne faut négliger aucun détail !

  • Il faut rester attentif à toute déformation de boiseries même minimes ( plinthes, murs…), mais également surveiller l’apparition ou le développement de tâches au plafond ou au sol (sous le tapis plain ou sous le balatum).
  • Il faut rechercher la présence de filaments ou de flocons blanc-gris d’une certaine consistance.
  • Il faut évaluer si l’attaque est déjà avancée : le bois perd de sa résistance et se désagrège en petits cubes (un objet pointu, comme un clou, peut passer à travers).
  • Il faut également être sensibilisé en cas d’une forte odeur de champignon se répandant.
  • Il faut noter la présence d’une poussière rouge ultra fine (sporée) sur les surfaces horizontales qui permet de détecter le carpophore du champignon
    Attention à ne pas confondre avec le salpêtre qui laisse des traces grasses quand la matière blanchâtre se désagrège sous la pression des doigts.

Si vous suspectez fortement la présence de la mérule, il convient de faire appel à un spécialiste professionnel qui fera une estimation précise de l’avancée des dégâts ainsi malheureusement qu’une estimation financière des travaux de traitement voir de démolition reconstruction !

Le traitement de la mérule :

Le premier traitement, inéluctable et indispensable : il faut obligatoirement supprimer la source d’humidité. Ensuite, certains aspects sont réalisables simplement :

  • Recréer une ventilation suffisante dans les lieux infestés
  • Mettre à nu les maçonneries
  • Remplacer les bois atteints
  • Brûler les murs, brosser
  • Traiter en profondeur les murs
  • Le traitement du spécialiste devra être effectué avec beaucoup de soins.
  • Après le décapage des enduits contaminés, il faut éliminer toutes les boiseries contaminées.

Le traitement de la mérule, une rénovation en 3 phases :

  • Une stérilisation par brûlage en surface.
  • Une injection de fongicide dans la maçonnerie, à l’aide de forage tous les 25 cm et sur une profondeur de 3/4 du mur.
  • La pulvérisation de fongicide en surface, où se trouvent 80% du champignon.
  • Le traitement sera effectué sur la totalité de la zone touchée.
  • Après ce traitement drastique, il est souhaitable de laisser la maçonnerie sécher et de remplacer les pièces de bois par des éléments traités préventivement.

Votre maison à vendre est envahie par la mérule : que faire ?

Cherbourg est une zone particulièrement touchée par la mérule en France. En cas de doute lors d’un achat, n’hésitez pas à demander le diagnostic !

Traitée à temps, la mérule n’est pas dangereuse. Elle est toutefois un critère important à prendre en compte lors de l’offre d’achat.

Par mesure de précaution et par souci de transparence, à l’agence Régine Villedieu Immobilier, nous demandons un état parasitaire du bien vendu et notamment le champignon lignivore de type mérule (serpula lacrymans) dans certains quartiers pour que nos acquéreurs puissent être assurés d’avoir fait le bon choix pour leur acquisition.

Régine Villedieu Immobilier

ABONNEZ-VOUS À NOTRE INSTAGRAM

Vous voulez découvrir nos dernières inspirations, biens et story ? Abonnez-vous à notre Instagram !
C'est peut-être un détail pour vous, mais pour nous ça veut dire beaucoup.

NOTRE PAGE INSTAGRAM